Loading...
1001 RandonnéesTreks et randos

6 randonnées à faire en Océanie

Nouvelle-Zelande

On n’en a pas fini avec notre série d’articles sur les randonnées du monde, non non !! Cette semaine c’est en Océanie que nous allons et encore une fois, ce sont d’autres blogueurs voyages qui vont vous présenter de superbes randonnées qu’ils ont fait sur ce continent qui a l’air merveilleux. Australie et Nouvelle-Zélande sont les acteurs cette semaine, êtes vous prêt pour aller les visiter à pieds ? 😉

 

Sarah – Vents & Voyages

Ascension du Taranaki, Nouvelle-Zélande

En Nouvelle Zélande, la vision du cône quasi parfait du Taranaki à des kilomètres à la ronde, ressemble à une invitation lancée aux randonneurs les plus fous, amateurs de défis et un peu casse-cou. Car ici, plus que de l’endurance, c’est de la bravoure qu’il faut pour oser défier les flancs de ce volcan.

Tu l’auras compris, cette randonnée ce n’est pas juste « une » randonnée. C’est certainement la meilleure expérience et mon plus gros challenge de ce début d’année.

Au petit matin, avant même que le soleil ne soit levé, nous entamons la montée vers le sommet. Durant 6,3km et 1600 mètres de dénivelé nous ne rencontrons aucun faux plat. Le seul répit de cette ascension aura été de pouvoir contempler le lever du soleil derrière le Tongariro au loin. Un instant de grâce qui me motive encore plus dans cette montée d’un effort intense. Il faut dire qu’ici il n’y a aucun sentier. Pour accéder au sommet on monte en ligne droite sur le flanc du volcan, au milieu des cailloux roulant sous les pieds qui te donnent l’impression de reculer de trois mètres pour avancer d’un seul. Après plusieurs heures de torture, c’est aux bras de prendre le relais pour escalader les rochers bordant le cratère continuellement enneigé, même en plein été. Et si tu cherches une chaîne pour t’aider dans les passages les plus techniques et les plus vertigineux, oublie de suite, tu n’en trouveras pas.

Mais malgré la difficulté (et les quelques jurons larmes arrachées), quel bonheur d’atteindre le sommet et de contempler la vallée sous nos pieds.

Un conseil, surtout prends ton temps pour te reposer. Car si tu penses avoir fait le plus dur, détrompe toi, la descente est aussi difficile! Sur le même trajet qu’à l’aller, il faut maintenant faire attention à ne pas descendre plus vite que son ombre (ou tes bâtons !).

En conclusion, le Taranaki se mérite et même si les paysages sont sympa, cette randonnée est avant tout destinée aux sportifs qui cherchent à ajouter un sommet un peu particulier à leur palmarès.

Vents & voyages
Crédit photo : ©Vents & Voyages

Informations techniques de la randonnée

  • Niveau : Difficile
  • Durée estimée : 8h à 10h
  • Distance : 12.6km Aller-Retour
  • Dénivelé : 1600 mètres
  • Infos complémentaires : n’oublie pas de te renseigner au visitor center sur les conditions météos avant de partir. Plusieurs personnes ont déjà perdues la vie sur ce sentier… Et les bâtons de marche seront tes meilleurs amis ce jour-là, penses-y !

Retrouvez plein d’autres voyages sur le blog de Sarah, Vents & Voyages !

 

Éloïse et Luc – L’œil d’EOS

Randonnée vers le Mont Sorrow, Australie

La randonnée qui mène jusqu’au Mont Sorrow se situe dans la Daintree National Park qui abrite la fameuse forêt humide de Daintree. Au nord du Queensland, cette zone des « Wet Tropics » est une merveille de la diversité tant au niveau de la faune que de la flore.

Le Mont Sorrow culmine à 770m et le départ de la randonné qui mène à son sommet se situe non loin de Cape Tribulation. Un panneau indique le chemin à l’entrée de la forêt, il y a peu de place pour se garer alors mieux vaut commencer cette randonnée au petit matin, et ce afin de profiter également de températures plus clémentes.

Dès le départ, ça grimpe ! On s’enfonce dans la végétation environnante. La lumière se fait quasi rare. Quelques gouttes commencent à nous tomber dessus. Puis vient le déluge. C’est le jeu, c’est le risque à prendre. Après tout nous sommes dans une foret humide, tropicale. Alors il faut bien de l’eau pour entretenir tout ce vert ! Nous sommes équipés des ponchos militaire de mon père. Je crois que c’était la mauvaise idée du jour, on transpire tellement dedans que l’on est aussi mouillés que si on avait aucune protection ! On décide alors de continuer l’ascension sans.

Ça glisse, on fait attention à ne pas tomber. Nous sommes fatigués de la route de la veille alors on craque, les fous rires nerveux accompagnent cette montée. On tombe sur des cordes qui nous aident à franchir certaines parties de la randonnée, c’est tellement raide que sans elles cela serait impossible de monter. Surtout par temps de pluie ou de forte humidité.

Arrivés au sommet, nous ne pourrons quasi pas profiter de la vue car les nuages nous entourent… Décidément c’est le jeu ma pauvre Lucette ! Mais qu’est ce que l’on a rit ! C’est au final les seuls souvenirs qu’il me reste de cette randonnée… La montée interminable, nos rires, la pluie, les ponchos trop lourds, les sangsues… Ah oui je n’ai pas parlé des sangsues mais il faut bien que j’en garde un peu pour notre article sur le blog 😉 Les magie de la forêt tropicale !

En tout cas on vous recommande cette randonnée si vous aimez les grands espaces. Le bon plan c’est d’y aller tôt et surtout de bien regarder la météo, même si au final elle reste assez imprévisible dans cette partie de l’Australie.

randonnee mont sorrow l'œil d'eos
Crédit photo : ©L’œil d’EOS

Informations techniques de la randonnée

  • Niveau : Pour les randonneurs expérimentés ou les personnes qui ont une pratique régulière d’une activité sportive
  • Durée estimée : Environ 5 heures aller-retour, cela dépendra surtout des conditions climatiques
  • Distance : 7km aller-retour
  • Dénivelé : 695m
  • Infos complémentaires : Balisage = Aucune difficulté à suivre le chemin qui est bien tracé dans la forêt.

Hey, allez faire un tour sur le blog L’œil d’EOS, vous ne le regretterez pas !

 

Mathieu – Destination Nouvelle-Zélande

Randonnée de l’Abel Tasma, Nouvelle-Zélande

Laissez-moi vous parler de l’une des plus incroyables randonnées que j’ai eu la chance de faire en Nouvelle-Zélande. Celle-ci se déroule dans le parc national Abel Tasman. L’un des parcs nationaux les plus célèbres de Nouvelle-Zélande avec celui du Tongariro.

Bordé par la mer de Tasman le parc national Abel Tasman possède des plages incroyables. Celle-ci sont parmi les plus belles plages de Nouvelle-Zélande. Outre sa plage, le parc possède d’autres atouts, notamment son incroyable faune. En effet une colonie de phoques vit, depuis des dizaines d’années, sur les côtes du parc. Une réserve marine a même était créée au large du parc national et abrite une multitude de poissons. A l’intérieur de cette réserve il vous sera interdit de pêcher, bien sur, mais également de ramasser le moindre coquillage sur le sable.

Le parc est essentiellement constitué d’une dense forêt. Pour visiter ce parc, plusieurs solutions s’offrent à vous. L’une des plus réputées est la randonnée en kayak. En effet il est possible de louer des kayak afin de longer les côtes du parc et y découvrir des plages secrètes uniquement accessibles par la mer.

L’autre solution, celle que j’ai choisi, est la marche. Une randonnée, une great walk (à l’image des GR de France) a été créé dans le parc. Cette randonnée d’une soixantaine de kilomètres s’effectue en 3 à 5 jours. Sans grande difficulté, cette randonnée longe de sublimes plages. Pour ma part j’ai opté pour réaliser cette randonnée en 5 jours. J’ai ainsi pu profiter tranquillement de ces plages. La visite du parc Abel Tasman est pour moi un incontournable d’un voyage en Nouvelle-Zélande. Durant ce séjour vous aurez le choix entre dormir en tente, que vous devrez emmener avec vous, ou dans des refuges. Ceux-ci sont tous situés dans des endroits incroyables au bord de sublimes plages. Je vous recommande vivement cette dernière solution.

Informations techniques de la randonnée

  • Niveau : Pour les randonneurs expérimentés ou les personnes qui ont une pratique régulière d’une activité sportive
  • Durée estimée : Entre 3 et 5 jours
  • Distance : 60 km
  • Point le plus haut : 200m
  • Infos complémentaires : La randonnée longeant, la plupart du temps, les plages, il y a assez peu de changement d’altitude (ou très léger).

La Nouvelle-Zélande vous intéresse ? Allez retrouvez les incontournables de la Nouvelle-Zélande sur le blog de Mathieu.

 

Lauriane – Je suis partie voyager

Randonnée Freycinet national park – Wineglass bay lookout, Australie

La Tasmanie, petite sœur de la grande terre australienne est beaucoup plus montagneuse, c’est donc un petit paradis de randonnées. L’ouest regorge de coins cachés uniquement accessibles en plusieurs jours de marche mais c’est avec une petite randonnée que je vous propose de découvrir ce territoire.

La randonnée de Wineglass bay lookout du parc Freycinet est une marche sans difficulté majeure de 3km aller/retour. Autant dire que si vous avez un bon rythme c’est plié en 1h d’autant plus que la pente est très douce et le sentier ombragé. Il s’agit presque d’une boucle ce qui permet d’avoir des paysages un peu différents à l’aller et au retour. Et quels paysages ! La marche se fait au milieu de superbes rochers de granits roses parsemés de végétation sèche et d’eucalyptus typiques de la région. L’accès au parc est payant et inclus le stationnement sur les parkings du parc, dont celui au pied du départ de la randonnée.

La vue au point de vue final est exceptionnelle avec l’embouchure de la baie sur la mer et la fameuse plage de la Wineglass bay qui s’étire en un parfait croissant bordé d’eau turquoise. Les reliefs autour et le lac en arrière-plan ajoutent au panorama. Du fait de la facilité de cette marche et du point de vue parmi les plus connus d’Australie, mieux vaut y aller tôt pour éviter les foules. Cela dit, j’y étais en fin d’après-midi et je n’ai pas été embêtée par le monde.

Une manière de s’échapper est de continuer la marche vers la plage qu’on admire du point de vue. La descente est rude et le chemin requière une plus grande endurance que la marche jusqu’au point de vue. Le circuit total fait 11 km et il faut compter 1h30 pour atteindre la plage.

Informations techniques de la randonnée

  • Niveau : Facile
  • Durée estimée : À peu près 1h
  • Distance : 3 km A/R
  • Infos complémentaires : Possibilité de rallonger la randonnée pour faire un circuit de 11 km.

Pour vous faire rêver un peu plus, rendez-vous sur le blog de Lauriane, Je suis partie voyager.

 

Claire et Jeremie – Soundwave on the road

Tongariro Alpine Crossing, Nouvelle-Zélande

La randonnée du Tongariro Alpine Crossing, en plein coeur de l’île du Nord, c’est 19,4 km de pur délire. Comme si un géant s’était amusé avec des pots de peinture et des châteaux de roche volcanique.

Aux premières lueurs du jour, nous laissons la voiture derrière nous sur le parking de Mangatepopo. La brume se lève doucement et laisse entrevoir la végétation rase et des ruisseaux chantants alors que nous commençons à marcher tranquillement dans la plaine. Les rayons du soleil apparaissent au dessus de la silhouette des volcans et l’heure et venue de grimper les nombreuses marches qui mènent au premier plateau. Là haut, on voit le Mt Taranaki à l’horizon par temps dégagé.

Le décor est lunaire, il n’y a presque rien qui pousse ici. On peut choisir de grimper le Mt Tongariro (1967 m) ou le Mt Ngauruhoe (2287 m) ou de continuer sur le sentier principal vers le Red Crater (1886 m). A mesure que nous nous dirigeons vers le sommet du cratère, les teintes de rouge, ocre et cuivre se mélangent avec harmonie et disparaissent parfois derrière des petites cheminées de fumée.

La descente est délicate sur le pierrier de lave et on glisse plus qu’on marche en direction d’un des plus beaux panoramas du pays : les Lacs Emeraude. A la fin de l’hiver, la neige laissait entrevoir une partie des trois lacs, nous donnant l’eau à la bouche pour revenir en été où les lacs bleus-verts contrastent avec la terre brune. Le sentier permet d’observer les lacs sous toutes leurs coutures et de ne pas en manquer une seule nuance. Le spectacle est grandiose !

Plus loin, on traverse une plaine qui mène à un immense lac bleu foncé. Dans notre dos, le Mt Ngauruhoe et le Red Crater à moitié recouverts de neige ressemblent à un gros dessert au chocolat. Après ça, tout n’est que descente. Et ça pique ! La végétation jusqu’au refuge Ketetahi est toute roussie, on aperçoit le lac Taupo à l’horizon et les volutes de fumée du cratère Te Maari (qui est entré en éruption en 2012). Contre toute attente, les dernières heures de descente se font sous une forêt subtropicale luxuriante qui vient rajouter encore plus de richesse à ce tableau naturel démesuré du Tongariro Alpine Crossing.

Informations techniques de la randonnée

  • Niveau : Difficile
  • Durée estimée : 7-8h
  • Distance : 19,4 km
  • Dénivelé : 800 m
  • Altitude : 1886 m

 

iclo – #LaVieCestMieux

Randonnée jusqu’au Mont Kosciuszko, le toit de l’Australie

Dans tout ce que je fais, je cherche souvent à aller dans la direction opposée des autres. En voyage, je crois qu’il existe des manières différentes d’explorer une destination, au-delà de simplement visiter les lieux bien placés dans les classements des guides de voyage. Alors que je suis engagé dans un road trip le long des côtes australiennes, je découvre, à ma grande surprise, que l’Australie n’est pas faite uniquement de plages paradisiaques ou de grandes villes cosmopolites. Entre Canberra et Melbourne, dans les Snowy Mountains, je repère la station de ski de Thredbo surplombée par le Mont Kosciuszko. Vous me suivez sur le toit de l’Australie ?

Culminant à 2 228 mètres, le Mont Kosciuszko est donc la plus haute montagne d’Australie. La plupart des randonneurs démarrent son ascension depuis le sommet des remontées mécaniques, après avoir emprunté le télésiège au départ de Thredbo. Bien entendu, je démarre ma randonnée au pied des pistes. Cette première partie s’effectue sur un sentier assez pentu, quelques fois à l’ombre d’une forêt (et du fameux télésiège). Il n’est pas nécessaire d’être un randonneur averti et n’importe quelle personne en forme physique est capable de franchir ces quatre premiers kilomètres (environ 570 mètres de dénivelé).

La seconde partie, depuis l’arrivée du télésiège jusqu’au sommet, est un « parcours de santé » de six kilomètres particulièrement facile (environ 300 mètres de dénivelé). J’y croise d’ailleurs de nombreuses familles avec des enfants très jeunes. Ici, on marche sur un sentier recouvert de grilles surélevées destinées à protéger la faune et la flore. Le vent souffle. L’air est frais. La vue est magnifique. On atteint le sommet du Mont Kosciuszko en moins de deux heures.

Informations techniques de la randonnée

  • Niveau : Sportif
  • Durée estimée : 6 heures
  • Distance : 20 kilomètres
  • Dénivelé : 870 mètres
  • Information complémentaire : randonnée disponible sur Google Street View Trekker.

Retrouvez plein d’article sur l’Australie sur le blog #LaVieCestMieux !

 

Encore un beau continent non ? La planète regorge de magnifique endroit et ces randonnées en sont encore la preuve. Comme d’habitude, lire et voir ces photos nous ont nous-même fait rêvé. Et vous ? Un projet de voyage en Océanie ? Vous y incluriez une de ces randonnées ? Plutôt sur une journée ou un petit trek d’ailleurs ?

 


Découvrir notre série d’articles sur les randonnées du monde :


 

Inspiré(e) ? Épingle cet article sur Pinterest ! 😉

En recherche d'inspiration pour faire une randonnée en Océanie ? On te donne 6 idées de randonnées à faire en Australie et Nouvelle-Zélande ! Va voir l'article ! #randonnée #trek #oceanie #australie #nouvellezelande

 

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à le partager ! 😉

Candie
Suivez-moi

Candie

Je suis atteinte du syndrome aïgu de la bougeotte depuis de nombreuses années. J'aime partager mes découvertes et tout ce que je peux avec vous pour que vous puissiez bien vous préparer pour profiter à 200% de vos voyages et de vos treks !
Candie
Suivez-moi
5 comments
  1. Lauriane

    Encore une fois c’est moi qui ait la rando la plus facile ahaha !
    J’ai adoré l’Abel Tasman mais pas eu le temps de faire le Tongariro qui a l’air superbe, la prochaine fois ! Tant de sommets que je ne connaissais pas, le Taranaki a l’air sublime 🙂

    1. Candie
      Candie

      C’est pas grave, c’est toujours super d’avoir ta participation quand même !!!
      C’est clair qu’ils ont vraiment l’air magnifique tous ces lieux, ça donne envie !!!

  2. Eatmytravel

    Chouette article, je note toutes ces bonnes idées de rando ! Il y en a aussi des super à faire en Nouvelle-Calédonie si je peux me permettre, notamment celle du Mont-Dore, le pic Malawi ou même le GR1 pour les plus courageux 🙂 haha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La sélection des Géonautrices
Accessoires de voyage
Économiser pour voyager
Mont-Blanc du Tacul, Aiguille du Midi
%d blogueurs aiment cette page :