Loading...
Amérique du SudDestinationsPérou

Visiter Paracas au Pérou : réserve naturelle, îles Ballestas, etc

Enora et Carlota - Paracas

Paracas est une ville côtière du Pérou, à quatre heures au sud de Lima. Sans grand intérêt à part pour se reposer un peu, c’est plutôt dans les environs de la ville qu’il va falloir aller faire un tour pour découvrir la nature surprenante de cette région. À quelques kilomètres de la ville se trouve la réserve naturelle de Paracas et si vous n’avez pas le mal de mer, un tour en bateau pourra vous faire découvrir le réserve naturelle des îles Ballestas. Mais alors que la première expérience est absolument incroyable en louant un vélo à la journée, le tour en bateau bondé de touristes nous a laissé un goût amer…

Visite : Novembre 2018

 


À voir : Guide complet pour bien préparer son voyage au Pérou


 

 

La ville de Paracas

La ville de Paracas est une petite bourgade côtière principalement connue pour la réserve naturelle du même nom et pour être la porte d’entrée vers les îles Ballestas. C’est également non loin de là que le Pisco (célèbre boisson alcoolisé péruvienne) est fabriqué. Mais hors de ces quelques attraits, la ville n’a rien de grandiose. Alors pourquoi y aller ?

 

Plage Santo Domingo à Paracas
Plage Santo Domingo au sud de Paracas

 

Pour vous détendre

Vous pouvez peut-être y rester quelques jours pour vous détendre si vous avez besoin, marcher le long des côtes et prendre le temps de respirer l’air marin peut faire un bien fou.

 

Pour apprendre ou pratiquer le kitesurf

Si vous êtes sportif et voulez apprendre ou pratiquer le kitesurf, Paracas est un site populaire pour ce sport et plusieurs écoles vous proposeront des prestations. Vous trouverez la majorité de ces écoles dans le quartier Santo Domingo, au sud de la ville.

 

La réserve naturelle de Paracas à vélo

Visiter la réserve naturelle de Paracas reste aujourd’hui un de nos meilleurs et plus dépaysant souvenirs de voyage au Pérou. Pour plus de liberté lors de cette sortie, nous avons décidé de parcourir la réserve à vélo.

 

Où louer son vélo ?
Plusieurs agences et/ou hostels en ville louent des vélos pour aller se promener dans les environs. Nous avions loué le notre à l’agence Vive Peru Tour (en plein dans le centre ville) pour 25 soles (6,60€) la journée. Les vélos étaient de bonne qualité et paraissaient bien entretenu, en tout cas nous n’avons pas eu de problème. De plus les hommes qui travaillaient là étaient super sympa, l’un d’eux nous avait même donné le contact d’une amie à lui à Cuzco si besoin.

 

Nous sommes parties de bon matin avec une copine italienne que nous avions rencontré au parc national Sajama en Bolivie et avec qui nous sommes tombées nez à nez en revenant de Huacachina la veille.

Nous avons traversé la partie sud de la ville en longeant le bord de mer devant de belles maisons et de beaux hôtels puis nous avons rejoint le début de la péninsule de Paracas et nous sommes entrées dans la réserve naturelle. Nous avons commencé notre exploration de la péninsule en prenant la ruta a Lagunillas puis nous avons fait un détour pour aller au mirador Istmo et prendre ensuite la ruta a la Playa Yumaque qui nous a emmené directement sur la Playa Roja alors que nous nous demandions où elle pouvait se trouver ! Sous nos yeux maintenant ! 😁

 

Playa Roja - Réserve naturelle de Paracas
Playa Roja dans la réserve naturelle de Paracas

 

Cette magnifique plage de sable rouge qui dénote avec les falaises jaunes est vraiment un endroit remarquable et magnifique à voir. Nous sommes restées un petit moment à observer l’océan, les oiseaux et notre environnement depuis cet endroit incroyable.

À partir de là, nous avons pédalé jusqu’aux Lagunillas et au mirador Lagunillas. Nous avons pu observer oiseaux et pêcheurs dans leur environnement naturel. Encore de beaux moments qui nous conforte dans le fait qu’il faille prendre le temps lors d’un voyage.

 

Pêcheurs dans la réserve naturelle de Paracas
Des pêcheurs en plein travail (sur le bateau et dans l’eau directement)

 

Nous avons aussi été confrontées a un aspect environnemental qui nous fait grincer des dents encore et toujours : la pollution ! Même si la réserve est propre, les courants marins rejettent sur certaines plages de la réserve de nombreux déchets comme vous pouvez le voir sur certaines photos ci-dessous.

 

 

L’écolo-note

Toute cette pollution est vraiment quelque chose que nous avons du mal à digérer et à nous habituer même si nous en avons vu souvent et quasiment partout entre la Bolivie et le Pérou. Il est impératif de limiter son impact lors de ses voyages (et même à la maison). Nous ne sommes pas directement responsable des déchets échoués sur les plages comme ici, mais chaque déchet que nous produisons est potentiellement un déchet qui ne sera pas recyclé, surtout dans ces pays. Voyagez avec une gourde filtrante et réutilisable plutôt que d’acheter des bouteilles d’eau. Utilisez des accessoires qui vous permettrons de ne pas produire de déchets. Vous pouvez retrouver plus d’infos pour une trousse de toilette écolo et des accessoires utiles pour tout voyage ou trek dans un de nos prochains articles.

 

Nous sommes ensuite allées jusqu’à Playa la Mina où nous avons trouvé une petite crique tranquille pour nous reposer un peu et essayer (je dis bien) de nous baigner. L’eau de l’océan Pacifique est tout de même bien fraîche ! 😅

 

 

Nous avons ensuite repris la direction des Lagunillas où quelques restaurants se situent et nous avons pris notre déjeuner avant de reprendre le vélo et essayer d’aller visiter une autre partie de la péninsule.

 

ATTENTION, lisez-nous bien : il n’y a AUCUN intérêt à aller du côté nord de la péninsule (vers le terminal portuario), ce que nous ne savions pas bien entendu. Restez dans la partie sud et si vous avez encore du temps, allez plutôt du côté de la Playa Yumaque et allez voir la Cathédrale (formation rocheuse intéressante), ce sera beaucoup plus sympa. Personnellement nous nous sommes loupées et nous le regrettons un peu car après être allées du côté nord, nous devions rentrer en ville, il était trop tard pour aller voir la Cathédrale.

 

La réserve naturelle des Îles Ballestas

La sortie à la réserve des îles Ballestas est totalement différente et je ne le recommande pas pour les amoureux des animaux et de l’environnement et pour ceux qui ont une éthique lors de leur voyage !

Nous sommes, le lendemain matin, retournées à l’agence par laquelle nous sommes passées pour la location de vélo et où nous avions déjà réservé la sortie. Avec un des employés, nous sommes allées au départ des bateaux et là, désillusion ! Il y avait É-NOR-MÉ-MENT de monde ! Beaucoup beaucoup trop !

Nous ne montons pas tous sur le même bateau, mais sur de nombreux zodiacs où nous grimpons par vagues de 20/30 personnes peut-être (je ne me rend plus compte). Une fois le bateau plein, c’est partie. Nous prenons d’abord la direction de la partie de la péninsule de Paracas que nous voyons depuis l’océan pour aller voir le « Candelabra » avant d’aller vers les îles Ballestas.

 

Candelabra sur la péninsule de Paracas
Le Candelabra dessiné dans le désert de la péninsule de Paracas

 

Aux îles Ballestas, de nombreux bateaux tournent autour des quelques îles et s’approchent des animaux (lions de mer principalement) qui prennent le soleil sur les parois rocheuses. Les bateaux s’approchent beaucoup beaucoup trop près, au point que les animaux respirent les fumées d’échappements. Je pensais qu’on observerait les animaux de loin, je pensais qu’il y avait un minimum de respect. Que neni, c’est du business et une gêne constante pour la faune marine.

 

 

Si j’avais su, j’aurais préféré ne pas y aller. C’est probablement ma faute car je n’ai pas poussé les recherches pour avoir ce type d’informations sur le déroulement de la sortie aux îles Ballestas. Vous comprenez maintenant pourquoi je ne recommande pas de faire cette visite de la réserve naturelle des îles Ballestas.

 

L’écolo-note

Dans beaucoup de pays, Pérou inclus, de nombreux animaux peuvent être observé comme ici, sur les îles Ballestas. Lorsque vous faite une activité ou une visite qui implique l’observation des animaux sauvages, renseignez-vous bien sur les conditions d’observation en lisant des blogs, des forums, etc. Il est important aujourd’hui de respecter ces animaux, leurs habitats et leur espace vital pour ne pas les mettre en danger dû à notre activité.

 

Bateau de touriste proche des lions de mer aux îles Ballestas à Paracas
Bateau trop près des animaux marins

 

Séjourner à Paracas

Comment aller à Paracas ?

Si vous arrivez de Lima, prenez un bus de la compagnie qui vous arrange en direction de Paracas, c’est un trajet d’environ 4h sur une belle route souvent en bordure de l’océan.

Si vous venez d’Ica, comme nous, nous pouvons vous recommander la compagnie Peru Bus pour 15 soles (4€) par personne. Le trajet dure environ 1h et le bus nous a déposé devant la place de Paracas. De là, nous avons pu rejoindre notre hébergement en quelques minutes à pied.

 

Où dormir à Paracas ?

Il est facile à Paracas d’arriver sans réservation et d’aller frapper aux portes des hostels qui sont proches de la place. Notre copine Italienne l’a fait et a rapidement trouvé un endroit où rester.

Nous avions pour notre part réservé à la Guesthouse Starfish pour 45 soles (12€) la nuit pour une chambre avec deux lits simples. Nous n’avions pas de petit déjeuné ni de cuisine inclus, mais le lieu était très calme, propre et peu cher.

 

Où manger à Paracas ?

Du fait que nous n’avions pas de cuisine dans notre hébergement, nous sommes allées manger en ville quelques fois. Nous avons testé un des restaurants touristiques du front de mer, Juan Pablo, qui était tout à fait correct. Il y a également un restaurant végétarien/vegan, un peu trop cher pour nous malheureusement mais que nous aurions bien testé, qui se trouve sur la route, El Chaco. Et notre coup de cœur, un restaurant local avec des plats locaux qui se trouve hors de la zone touristique et sous ces coordonnés : -13.835517, -76.249000 GPS (il n’est pas référencé ni sur Google Maps, ni sur Maps.Me).

 

Alors oui, nous avons adoré notre séjour à Paracas car nous repartons avec les souvenirs de notre super expérience de la journée à vélo dans la réserve naturelle de Paracas. Une journée magique où nous avons pédalé plus de 55 km dans la journée, où nous avons pataugé dans l’océan pacifique et observé des pêcheurs locaux. Une bonne leçon avec laquelle nous repartons suite à l’expérience des îles Ballestas : toujours se renseigner sur les conditions de visite lorsque des animaux sont impliqués.

 


Les articles qui pourraient vous intéresser :


 

Inspiré(e) ? Épingle cet article sur Pinterest !

 

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à le partager ! 😉

Suivez-moi

Candie

Je voyage depuis des années, voyage au long court en backpacking, voyages courts près de chez moi, expatriations, et je ne m'en lasse pas ! Ce qui me fait vibrer dans tout ça : la nature et les rencontres !
Mais aujourd'hui, la planète est en danger et nous sommes tous responsables. Mon but est donc de partager et d'échanger pour qu'ensemble on se dirige vers un tourisme éco-responsable et un plus grand respect de notre habitat, Terre Mère.
Suivez-moi

Les derniers articles par Candie (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La sélection des Géonautrices
La Vallée de Chevreuse et son Abbaye des Vaux de Cernay
10 incontournables en Argentine
Économiser pour voyager
Ou partir en automne