Loading...
Amérique du SudBolivieDestinations

La magnifique région du Sud-Lipez et le Salar d’Uyuni en Bolivie

Sud-Lipez et Uyuni Tour

La région du Sud-Lipez et le Salar d’Uyuni dans le sud-ouest bolivien, j’en ai rêvé de nombreuses années. Pourquoi ? Parce que j’avais vu un documentaire avec Jamie, l’ancien présentateur de « C’est pas sorcier ! », qui était allé visiter cette région pour nous présenter les merveilles dont elle regorge. Je me souviens regarder les vigognes avec des yeux émerveillés, apprendre la profondeur et l’histoire du salar le plus grand du monde, je me rappelle la fascination que j’avais eu pour un type de plante d’altitude qu’on ne retrouve que dans les andes et particulièrement cette région. Alors quand on a décidé avec Enora de partir en PVT en Argentine (un rêve encore plus vieux pour moi), on savait qu’on ne pouvait pas louper la Bolivie, mais surtout la région du Sud-Lipez et le Salar d’Uyuni !

Excursion : Septembre 2018

 


En complément : notre guide pour préparer son voyage en Bolivie


 

 

Planifier son tour de la région du Sud-Lipez et du salar d’Uyuni

Il y a plusieurs manières de préparer votre tour dans la région du Sud-Lipez et au Salar d’Uyuni donc je vais vous parler de plusieurs options que vous avez une fois en Bolivie.

 

D’où partir pour un tour du Sud-Lipez ?

Pour visiter la région, vous pouvez partir de la ville d’Uyuni ou celle de Tupiza.
Les voyageurs sont unanimes et les boliviens ont appuyé l’argument, Uyuni n’est pas le meilleur point de départ. De plus, la ville n’est pas forcément agréable pour y passer une journée avant si vous arrivez en avance par exemple. Mais il est possible de partir d’Uyuni et de voir seulement le Salar ou même aller jusqu’à la région des lagunes colorées et des geysers en faisant une excursion d’une journée à deux ou trois jours.

 

Coucher de soleil Salar de Uyuni
Coucher de soleil sur le Salar de Uyuni

 

Nous sommes parties de Tupiza pour deux raisons, la première car nous arrivions du sud, de l’Argentine, donc c’était tout naturel de commencer là. Mais si nous venions d’une autre partie de la Bolivie, nous serions probablement allées jusqu’à Tupiza pour commencer notre excursion. Tout d’abord la ville est agréable, les gens gentils et il y a plusieurs choses à voir et à faire en ville et autour. Ensuite, commencer le tour de la région du Sud-Lipez et du Salar d’Uyuni à Tupiza permet de voir des paysages magnifiques que vous ne verrez jamais en partant d’Uyuni.

 

Avec qui partir en excursion Sud-Lipez & Uyuni ? Quelle agence ?

Il y a de très bonnes agences, de bonnes agences et des agences à éviter pour faire cette excursion. Nous allons vous donner quelques noms, mais il s’agit de vous renseigner par vous-même en cherchant des informations sur internet (Trip-advisor pour voir les commentaires des gens, d’autres blogs, etc), si vous ne souhaitez pas partir avec l’agence qu’on vous recommande. Par ailleurs, les agences que nous vous conseillons peuvent être bien à l’heure où nous écrivons ces lignes mais peut-être déconseillées au moment où vous lirez cet article car les guides ont changé, le propriétaire a changé ou tout autre raison. Ne prenez donc pas pour argent comptant ces agences mais vérifiez bien les avis récents en complément.

Nous sommes parties avec Natural Adventure Tupiza ce qui a été une merveilleuse expérience. Plusieurs raisons nous ont fait choisir cette agence. Tout d’abord nous avions lu un article de Lucie qui en ventait les mérites sur son blog Voyages et Vagabondages. Ensuite, l’agence de voyage où nous avions travaillé à Salta était en partenariat avec une agence francophone de La Paz, qui elle, travaillait avec cette agence et les retours étaient bons. Autre détail important, pour 4 jours, les prix étaient correct. Ce n’était ni le plus cher ni le moins, c’était honnête et OK pour nous.

Nous avions rencontré un des guides lors de notre arrivée à Tupiza, il était très gentil et le guide que nous avions eu lors de l’excursion était lui aussi gentil, passionné par son métier et très respectueux de l’environnement, ce qui était agréable (surtout quand au cours du tour on voyait certain.e.s guides/agences qui ne respectaient pas les écosystèmes…).

 

Pour contacter directement Ives, notre guide, voici ses coordonnées (il nous a donné la permission de diffuser son numéro) : +591 679-25154

Pour contacter Natural Adventure voici les coordonnées :

 

Il y a d’autres agences réputées à Tupiza dont Alejandro Travel, Apache Adventure (qui sont un peu plus cher, mais si vous avez le budget, ils sont très bien, nous avons fait le tour au coude à coude avec un groupe de cette agence car leur guide était le frère d’Ives) et Tupiza Tours (attention aux guides de cette dernière agence, ça n’est pas que du bon).

 

Combien de temps faut-il pour visiter le Sud-Lipez et Uyuni ?

Nous avons personnellement choisi de faire le tour de 4 jours, le Magic Uyuni Tour, qui allait nous mener aux confins de la région du sud-Lipez pour voir les lagunes colorées (verte, blanche et rouge), le désert de Dali, les champs de roche pour terminer au Salar d’Uyuni. Voici le programme des 4 jours :

Les détails du Magic Uyuni Tour
Jour 1 : Tupiza – Quetena – Nous avons commencé la journée à 6:30 du matin, au départ de Tupiza. Le premier jour nous avons vu Palala, Sillar, San Antonio de Lipez, Ghost Town, lac Morejon, Quetena (nuit 1).

Jour 2 : Laguna Hedionda – Villa Mar – Lac Kollpa, Salar de Chalviri, sources chaudes de Polques, désert de Dalí, laguna verde, laguna blanca, geysers et fumerolles, laguna colorada, Villa Mar (nuit 2)

Jour 3 : Coupe du Monde – Puerto Chuvica – World Cup et chameau (formations rocheuses), Italia perdida (formation rocheuse), laguna Vinto, la vallée de l’anaconda, laguna negra, Chuvica hostel de sal (nuit 3)

Jour 4 : Salar de Uyuni – Uyuni – Lever de soleil sur le Salar de Uyuni depuis la Isla Incahuasi, cimetière de train à Uyuni.

 

Geysers Sol de Mañana
Geysers Sol de Mañana

 

Vous pouvez le faire en 3 jours ou en 5 jours également. Les différences sont les suivantes :

Uyuni Tour 3 joursUyuni Tour 5 jours

Les grandes Chichas Salar de Uyuni, programme chez Tupiza Tours

Jour 1 : TUPIZA – Uyuni – Vallée de Salo, Poronga. Populations rurales de San Miguel et Salo, ascension de la montagne imposante de plus de 4.000 m. Huaca Huañusca, Atocha, dunes de sable et Uyuni.

Jour 2 : Uyuni – Salar – Village abandonné de Coquesa et vues sur le volcan Tunupa (5100 m), qui domine tout le salar. Coucher de soleil et nuit à Jirira.

Jour 3 : Uyuni – Salar – Uyuni – Visite de la mine de sel de Colchane, premier hôtel de sel à l’île volcanique Incahuasi couverte de cactus géants également appelés Fish Island, traversé du Salar, fin de la soirée à observer le coucher du soleil et retour à la ville de Uyuni et/ou Tupiza.

Ce programme est trouvable chez Natural Adventure Tupiza

Jour 1 : Tupiza – Quetena en passant par la Quebrada de Palala, Sillar, Cerrillos, Polulos, Rio San Pablo, San Antonio de Lipez, Ghost Town (Ruines), Morejon lake, Uturuncu Volcano, Quetena Chico (nuit 1)

Jour 2 : Quetena – Refuge en passant par Quetena Grande, laguna Mojeron, laguna Kollpa, Salar de Chalviri, Desert de Dali, laguna blanca, laguna verde (nuit 2)

Jour 3 : Refuge – Villa Mar en commençant par l’ascencion du volcan Licancabur, sources chaudes, geysers, Villa Mar (nuit 3)

Jour 4 : Formations rocheuses – Puerto Chuvica en passant par la formation rocheuse représentant la coupe du monde de football, dromadaire (formation rocheuse), Italia Perdida (formations rocheuses), laguna vinto, laguna negra, momie San Juan, Puerto Chuvica (nuit 4)

Jour 5 : Salar de Uyuni – Uyuni en commençant par le lever de soleil depuis la Isla Incahuasi, Colchani, cimetière de trains, Uyuni.

 

Vous n’avez pas forcément besoin de réserver trop longtemps à l’avance pour votre excursion. Par exemple, le couple avec qui nous étions dans la voiture (nous étions 4) avaient réservé leurs places la veille du départ. En ce qui nous concerne nous l’avions fait alors que nous étions encore à Salta, quelques semaines plus tôt.

 

Le tour de la région du Sud-Lipez et du Salar d’Uyuni

Le récit qui va suivre est celui de la réalisation d’un rêve de longue date. J’espère pouvoir, avec quelques mots, vous raconter l’émerveillement que j’ai vécu au cours de ce tour dans la région du Sud-Lipez et au Salar d’Uyuni.

 

La région du Sud-Lipez

Il est 7h du matin lorsque nous quittons Tupiza avec notre guide Ives et nos co-voyageurs, Marion et Quentin. Le soleil commence à éclairer la ville et il fait encore bon.
Nous sortons rapidement de Tupiza, la ville est petite, et nous prenons vite de l’altitude, les crêtes sur lesquels nous roulons et les paysages en contrebas nous le démontrent.
Nous sommes à nouveau au cœur des Andes, les Andes boliviennes cette fois-ci.
Quel bonheur, quel plaisir que de commencer ce road-trip de quatre jours sous un magnifique soleil, avec des gens gentils et un guide passionné !

Les paysages merveilleux des Andes défilent devant nous, parfois nous voyons des troupeaux d’alpagas, parfois des hameaux déserts, mais nous pouvons tout de même sentir la vie qui prospère malgré la dureté que représente le fait de vivre dans ces montagnes désertiques et inhospitalières.
Nous sommes à l’aise dans la Jeep de notre guide Ives, mais nous ne réalisons pas le froid extérieur et la force du vent jusqu’à notre première pause. Ce froid et ce vent nous accompagnerons au cours des deux premiers jours. Nous sommes à la seconde moitié du mois de septembre, à peine à la sortie de l’hiver. Mais ce vent nous permet d’avoir le soleil comme compagnon de route quotidien.

 

 

Le tour du Sud-Lipez et du salar d’Uyuni est basé sur la découverte de la nature et des paysages de cette région des Andes. Nous n’avions jamais vu ou lu d’informations à ce sujet avant d’y être, mais il y a tout de même un « moment culture » au cours du premier jour.
Notre passage à San Antonio de Lipez (le vieux) aussi connu sous le nom de Ghosttown nous révélera que les espagnols sont allés jusque dans cette partie de l’Amérique latine dès le 17ème siècle et ont asservis les indiens pour extraire les métaux et minéraux des sols.

 

Montagnes brute des Andes
Montagnes brute des Andes

 

En quittant Ghosttown, nous prenons la direction de la laguna Morejon puis celle de Quetena Chico en s’arrêtant au centre d’interprétation Ch’aska situé à quelques kilomètres avant le village.
Ce point est un passage obligatoire car nous devons ici acheter les billets d’entrée à la Réserve National de la Faune Andine Eduardo Avaroa.

 

La Réserve National de la Faune Andine Eduardo Avaroa a été créée en 1973 avec comme base la laguna Colorada et 10km2 autour de celle-ci. En 1981, la zone a été agrandi et 714 745 hectares sont dorénavant protégés. La zone a été déclarée sous protection pour la préservation des flamants-roses et des vigognes. À des altitudes entre 4000 et 6000 mètres au dessus du niveau de la mer, la réserve est située dans la zone aride de l’altiplano bolivien et aux frontières avec l’Argentine et le Chili.

 

Nous arrivons à Quetena Chico en fin de journée et un bon goûter nous attend. C’est ici que nous passons notre première nuit, au calme à environ 4191 mètres d’altitude. Ce lieu est froid et les lits sont faiblement équipés. C’est le seul endroit où nous avons vraiment eu froid dans la nuit et si c’était à refaire, je sortirais mon sac de couchage.

 

Étant végétariennes, nous avons mentionné nos choix alimentaires lors de la réservation avec Natural Adventure et il y a eu un sans faute en ce qui concerne les repas. C’était toujours bon, équilibré et bien chaud, de quoi motiver lorsque les températures sont aussi froides que dans les Andes une fois la nuit tombée.

Une bonne soupe le premier soir du Magic Uyuni Tour
Une bonne soupe le premier soir du Magic Uyuni Tour

 

Au petit matin, nous avons quitté notre hébergement suite à un petit déjeuner. Nous sommes passés devant la laguna Hedionda sans s’arrêter (son nom signifiant « fétide » est lié au fait que cette laguna sent très mauvais à cause des micro-organismes et des minéraux qu’elle héberge), mais nous nous sommes ensuite arrêté à la laguna Kollpa, une laguna productrice de sodium, de bromine et de potassium, le tout à petite échelle ce qui contribue au fait qu’elle ne soit pas surexploitée.

 

Laguna dans le Sud-Lipez
Point de vue à 4855 mètres d’altitude sur une laguna

 

Les couleurs du matin, la lumière basse, les jeeps au loin laissant des traînées de poussière dans leur sillage, apportent une ambiance très agréable à ce moment. Seul le froid et le vent glacial rendent l’expérience un peu plus rude. Mais au cours d’une telle aventure, ce n’est qu’un détail !
Nous continuons notre route en direction du salar de Chalviri que nous traversons. Encore des paysages magnifiques sublimés par la lumière du matin. Quel bonheur d’être là, au milieu des Andes. Quelle chance de réaliser ses rêves. Tout le monde ne peut pas se le permettre et nous en sommes bien conscientes. C’est en traversant ces paysages, en s’imprégnant de ce qui nous entoure, de ce qu’on observe à chaque instant que l’on ce rend encore plus compte de où on est et de cette chance qu’on a. De cette richesse que l’on possède et que l’on acquiert en voyageant.

 

 

De l’autre côté du salar se trouve les sources d’eau chaude de Polques. Au vu du monde présent dans ce petit bassin, aucune de nous deux ni de nos co-voyageurs ne souhaitons se joindre à la foule. Nous remontons en voiture pour atteindre les confins du Sud-Lipez.
En chemin nous passons par le désert de Dali, un lieu dont nous n’avions jamais entendu parler non plus mais qui a été un coup de cœur visuel. Nous nous y arrêtons le temps d’un instant avant de continuer vers la laguna Verde, cette magnifique lagune de couleur verte pastel et qui est surplombée par le majestueux volcan Licancabur dont l’ascension est réalisable.

 

La Laguna verde : sa coloration est dû à la grande quantité d’arsenic et de cuivre qu’elle contient. Aucune vie ne peut prospérer dans cette lagune et les quelques malheureux oiseaux qui souhaitent s’y désaltérer n’y survivent pas.

 

Le froid et le vent puissant dans ces lieux ne nous font plus peur. Nous sommes émerveillés par le paysage que nous avons sous les yeux. De plus, nous avons la chance d’observer deux renards des Andes (des zorros) courir aux abords de la laguna. Ils sont repartis comme ils sont arrivés, rapidement ! Mais quel bonheur d’avoir pu en voir dans cette zone si aride et déserte où nous avons facilement le sentiment que rien ne peut survivre. La nature est surprenante !

Nous serions tous bien restés plus longtemps à observer le paysage sous nos yeux, mais notre guide nous a vite informé que nous devions reprendre la route. Nous revenons donc sur nos pas jusqu’aux sources d’eaux chaud puis nous prenons la direction des geysers de Sol de Mañana situés à quasi 5000 mètres d’altitude. Encore une surprise pour nous ! Un énième émerveillement. Ce paysage lunaire et volcanique nous laisse bouche bée. Plusieurs bassins de boue et de lave bouillonnent autour de nous. Certains plus que d’autres et les bulles nous arrosent de boues colorées (rouge, marron, gris/bleu). Quelques autres geysers libèrent des fumerolles de vapeurs chaudes et odorantes.
Nous prenons le temps de marcher un peu dans le secteur qui mesure environ 1km2 et qui est en constante activité volcanique. Nous sommes de nouveau des enfants découvrant le monde sous nos yeux. Nous sommes fascinés par quelques bulles ! Nous rions de nous faire arroser de gouttes de boue… La beauté du voyage !

 

 

Notre guide nous a laissé un peu plus de temps aux geysers de Sol de Mañana mais il est temps de reprendre la route pour nous diriger vers la laguna Colorada, la dernière étape de cette journée.

Le Sud-Lipez ne finit jamais de nous enchanter. La laguna Colorada est une nouvelle merveille de la nature. Sa couleur rouge ressort fortement sous nos yeux et nous pensons que le bleu puissant du ciel sans nuage y est pour quelque chose.

 

 

Malgré le vent violent, nous arrivons à grimper jusqu’à un point de vue dédié et nous pouvons apprécier encore plus la superficie (de 60km2) de cette laguna. Les centaines (si ce n’est milliers) de flamants-roses se déplacent, mangent et vivent sous nos yeux.
Voir la faune sauvage s’épanouir librement est simplement magique… Cette laguna est d’ailleurs le site principal pour la nidification de ces superbes oiseaux.

Nous restons longtemps à braver le froid pour se nourrir de ces paysages, de ces moments. Mais nous devons ensuite retrouver Ives pour prendre la route en direction de Villa Mar où nous allons passer notre seconde nuit.

Alors que nous étions que trois groupes dans l’hébergement de la veille au soir, il semblerait qu’à Villa Mar, toutes les Jeeps de toutes les agences se réunissent au même endroit. Comptez environ quatre personnes par Jeep, multipliez par le nombre de Jeeps (à vue de nez je dirais entre 20 et 30) égal environ 80 à 120 personnes. Cela génère un brouhaha incessant et épuisant dans la salle de vie. Nos co-voyageurs et nous mangeons donc relativement vite pour rejoindre le calme de la chambre que nous partageons tous les quatre.

 

 

C’est le troisième matin de ce tour de quatre jour dans le Sud-Lipez et au Salar d’Uyuni. Nous prenons la route en pensant voir moins de choses ce jour-là. Il n’en est rien. Nous commençons par nous arrêter dans la vallée de roches où nous découvrons des formations aux divers représentations : Coupe du Monde de football, hiboux, dromadaire, etc. Nous allons ensuite à Italia Perdida, une autre zone de formations rocheuses où nous pouvons crapahuter comme des enfants. Nous pouvons d’ailleurs observer la vue sur notre point suivant, la laguna Vinto. Celle-ci se situe à 1,5 km de là où nous sommes et ce que nous ne savons pas à cet instant c’est que notre guide nous demanderas quelques minutes plus tard de marcher jusque là-bas le temps qu’il fixe quelque chose sur la Jeep. C’est avec joie que nous prenons cette nouvelle car la route est plate (plus facile à 4000 mètres d’altitude 😉), le temps est superbe ce jour-là et ça va nous permettre de nous dégourdir un peu les jambes.

Lorsque nous sommes à quelques mètres de la laguna, plusieurs Jeeps nous doublent dont Ives. Notre marche nous contraint à raccourcir notre temps près de la laguna, mais nous sommes tous les quatre heureux d’avoir pu passer un peu de temps hors de la voiture à profiter du soleil et de la température clémente. De plus, le fait qu’il n’y a pas de vent ce jour là apporte une pointe encore plus agréable à ce moment.

 

 

Nous allons ensuite visiter la laguna Negra qui est cachée dans une autre zone de ce champ de roches géantes. Tout est différent à la laguna negra, l’ambiance, le paysage, la couleur de l’eau et les animaux que l’on y croise (alpagas, chinchilla, canards). L’espace de quelques temps, nous sommes dans un lieu où le temps est suspendu. Le calme qui y règne est puissant et le soleil réfléchi par les roches nous réchauffe. Nous sommes bien !
Mais nous avons peu de temps, nous devons rapidement retourner à la Jeep avec Ives pour prendre le déjeuner (en mode pic-nic, le seul du tour) et continuer notre chemin.

Nous roulons beaucoup plus cet après-midi là car nous devons rejoindre Chuvica, aux abords du Salar d’Uyuni où nous allons passer la nuit dans un hostel de sel.

 

Le Salar d’Uyuni

En arrivant à Chuvica, plus tôt que les deux autres soirs, nous prenons le temps de sortir marcher un peu autour de notre hostel et de profiter des derniers rayons du soleil. Enora et moi pouvons observer avec amusement une amitié entre un petit chien blanc et un lama. Ils sont tellement mignons.

 

 

Plus tard, alors qu’il commence à faire plus froid à l’extérieur, nous nous retrouvons tous dans le grand salon pour prendre le goûter avec nos co-voyageurs et notre guide nous rejoint pour nous proposer (c’est hors programme pour nous) de nous emmener observer le coucher de soleil sur le salar. Bien sûr, nous sommes tous d’accord et il nous faut qu’un instant pour récupérer nos affaires et être dans la Jeep.

 

 

Sur le salar, nous nous amusons comme des petits fous. Positions loufoques, lumière basse, moments d’amitiés et un coucher de soleil dans un endroit merveilleux. Nous n’avons besoin de rien de plus à cet instant et nous profitons de l’instant présent. C’est lorsque le soleil disparaît derrière les montagnes et que le froid tombe brusquement et violemment que nous prenons le chemin du retour.

 

 

Un très bon repas accompagné d’une bouteille de vin rouge de Tarija (sud de la Bolivie) nous attent. C’est délicieux. C’est la dernière nuit du Magic Uyuni Tour. Tout est parfait.

Le lendemain, nous nous réveillons tôt. Environ 4h30 pour un départ à 5h du matin pour rejoindre la Isla Incahuasi au milieu du Salar d’Uyuni. La désillusion et la frustration nous rattrape un peu ce matin là.
La lumière du jour commence à éclairer le salar alors que nous sommes toujours en route. Notre guide roule relativement vite sur le salar, mais nous avons peur de louper le lever du soleil.
Puis nous arrivons à l’Isla Incahuasi avant que le soleil ne pointe le bout de son nez, mais en voyant la foule grimper tel un tsunami jusqu’en au de la colline, je me suis personnellement sentie submergée par un sentiment de culpabilité. Je participe au tourisme de masse ! Je n’avais pas réalisé la quantité de personnes que nous allions être ici. Nous étions des centaines de personnes entassées en haut de cette petite île au beau milieu du Salar d’Uyuni. J’ai eu plus de mal à apprécier le lever de soleil alors que certains passaient devant moi comme si je n’étais pas là, que d’autres parlaient et riaient fort au cours de ce moment suspendu et sacré qu’est un lever de soleil, et qui plus est, un lever de soleil dans un tel endroit.
Alors certes, chacun le prend comme il veut, je partage simplement mon ressenti de ce matin et pour moi il a été frustrant de me retrouver avec autant de monde et de gens pas forcément appréciateur du calme du moment et respectueux des autres autour d’eux.
Mais attention, le lever de soleil lui-même était vraiment magnifique !! 😍

 

 

En relativisant, il vaut mieux tout de même que la plupart du monde ce retrouve sur la même colline plutôt que d’aller dégrader de nouveaux endroits, si ce n’est pas déjà fait et si c’est le cas, en espérant que ça n’arrive pas malgré l’afflux de touristes en Bolivie.

 

Une fois le soleil nous éclairant complètement, nous sommes descendus pour prendre notre petit-déjeuner puis nous sommes remontés en voiture pour trouver une zone pour faire quelques photos typiques du Salar d’Uyuni.
Trouvez-moi rabat-joie, je n’aime pas faire comme tout le monde tout le temps (esprit de contradiction oblige ! ^^) et je n’ai pas apprécié plus que ça de faire ces photos. Ce qui est drôle par contre, c’est que ce sont les guides qui nous poussent à nous mettre en position. Comme s’ils avaient l’habitude que ce moment est LE moment où les gens s’amusent le plus au cours du tours. Je préfère mille fois plus profiter d’un instant de calme face à une vue hors du commun, mais ça encore, c’est ma perception des choses. Chacun est libre d’aimer ce qu’il veut !

 

 

Une fois cette séance photo interminable terminée, nous avons roulé jusqu’à l’ancien hôtel de sel qui est au milieu du salar.

 

Il avait été fermé car non sanitaire quand à l’évacuation des égouts, mais ironie oblige, il est aujourd’hui un magasin de souvenir et musée et il y a… des toilettes ! 🤔 C’est pas très logique à mon avis.

 

Nous nous sommes ensuite arrêtés près de la célèbre statue géante représentant le symbole du Paris-Dakar puis nous avons quitté le salar à Colchani, ville minière.

Direction Uyuni pour terminer notre Magic Uyuni Tour au cimetière des trains… Les alentours du cimetière sont jonchés d’ordures, nous avons définitivement quitté les zones protégées du Sud-Lipez.

 

Cimetière des trains d'Uyuni
Cimetière des trains d’Uyuni

 

INFOS DIVERSES

  • Prix Ghosttown : 15 bolivianos/personne
  • Prix de la Réserve National de la Faune Andine Eduardo Avaroa : 150 bolivianos/personne
  • Prix des douches hébergements nuit 2 et nuit 3 : 10 bolivianos/personne
  • Prix des toilettes en route : en général 3 bolivianos/personne

 

L’Écolo-Note

Le tourisme s’intensifie dans cette partie du monde. Nous sommes tous fautifs, mais si, au cours de votre tour, vous tombez sur un guide zélé prêt à dégrader l’environnement pour vous impressionner, essayez (si vous pouvez) de lui faire comprendre que ça ne lui apporte rien de dégrader les lieux qui lui permettent d’avoir son salaire. Nous avons personnellement eu la chance de tomber sur un guide respectueux de ses clients et de l’environnement, quelqu’un de responsable et sérieux. Tous les guides ne sont pas comme ça, nous en avons vu aller avec leur jeep dans des zones où ils n’auraient pas dû et trop près des animaux.
Vous-même, malgré l’envie et la curiosité, retenez-vous d’aller trop loin. N’empiétez pas trop sur l’espace vital des animaux (exemple photo du touriste trop près des flamants-roses), principalement des flamants-roses car ils quittent ces lieux plusieurs années s’ils se sentent de plus en plus menacés par la présence humaine. C’est arrivé sur quelques lagunas du Sud-Lipez d’après notre guide. N’allez pas non plus trop piétiner des zones qui peuvent vous sembler fragiles (exemple en photo : touristes allant trop loin sur la laguna Kollpa).
Normalement ce n’est que du bon sens, mais nous préférons le mettre en avant pour que chacun en prenne conscience. Voyager en respectant les lieux que l’on visite est primordial !

 

Malgré une dernière journée un peu plus chaotique, ce Magic Uyuni Tour de quatre jours était fabuleux ! Un rêve réalisé, un guide intéressant et passionné, des co-voyageurs gentils et partageant nos valeurs, nous avons eu que de la chance (paraîtrait-il qu’il n’y a pas de hasard !) en ce qui nous concerne et nous avons pu profiter un maximum.
Si vous avez des interrogations, des points dont vous souhaiteriez des détails, etc, n’hésitez-pas à nous contacter.

 


Les articles qui pourraient vous intéresser :


 

Inspiré(e) ? Épingle cet article sur Pinterest !

 

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à le partager ! 😉

Suivez-moi

Candie

Je voyage depuis des années, voyage au long court en backpacking, voyages courts près de chez moi, expatriations, et je ne m'en lasse pas ! Ce qui me fait vibrer dans tout ça : la nature et les rencontres !
Mais aujourd'hui, la planète est en danger et nous sommes tous responsables. Mon but est donc de partager et d'échanger pour qu'ensemble on se dirige vers un tourisme éco-responsable et un plus grand respect de notre habitat, Terre Mère.
Candie
Suivez-moi
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La sélection des Géonautrices
La Vallée de Chevreuse et son Abbaye des Vaux de Cernay
10 incontournables en Argentine
Économiser pour voyager
Ou partir en automne