Loading...
Amérique du SudBolivieDestinations

La Paz : capitale administrative de Bolivie et incroyable fourmilière humaine

Enora - La Paz

Nous avions entendu tout et son contraire sur La Paz avant d’y aller : trop polluée, trop bruyante, trop de monde, trop… Pourtant, nous avons été agréablement surprises. Je suppose que nous nous étions mis une idée en tête de ce qu’était La Paz suite à tous ces commentaires, mais une fois sur place, c’était tout autre. Vous savez, comme quand on vous vente les mérites d’un film et que vous en attendez beaucoup, mais que vous êtes déçus au final. Ou au contraire qu’on vous a dit qu’il était nul donc vous vous risquez à le regarder quand même et vous êtes agréablement surpris… Mais passons et parlons de La Paz, la capitale administrative de la Bolivie ! Quoi voir et quoi faire si vous avez peu de temps ?

Visite : Octobre 2018

 


À lire : Le guide pour bien préparer son voyage en Bolivie


 

Notre séjour à La Paz

Nous sommes restées très peu de temps dans la capitale administrative de Bolivie et nous avons fait peu de véritable tourisme. Notre but premier en allant à La Paz était de rencontrer deux membres d’une association écologique de la ville. Il nous aura fallu attendre deux jours avant de trouver un créneau pour les croiser et nous avons tout de même profité de ce temps pour faire et découvrir quelques petites choses.

 

 

Tourisme à La Paz

Nous avons commencé par faire un walking tour avec l’association Red Cap Walking Tour. C’était très intéressant, ça nous a permis de connaître l’histoire de la prison principale de La Paz qui se trouve en plein centre ville, de découvrir deux marchés ainsi que quelques places et monuments ainsi que quelques détails sur la politique en Bolivie. Les deux guides étaient super énergiques et motivés et on sentait que ça leur plaisait de partager toutes ces informations sur leur ville. Il y avait juste beaucoup de monde, ce qui changeait pour nous des quelques quatre à cinq personnes que nous étions lors de nos walking tour à Cordoba en Argentine par exemple.

 

 

Seules, nous avons découvert le quartier de Sopokachi et la ligne jaune du téléphérique de La Paz. Oui oui, il est de rigueur de faire un ou deux trajets en téléphérique à La Paz juste pour le plaisir ! 😉
Le quartier de Sopokachi dénote par rapport à d’autres quartiers car il est plus calme et plus moderne et l’ambiance change drastiquement par rapport au centre ville.
Il y a également de nombreuses auberges de jeunesse dont Greenhouse (où nous avons rencontré les membres de l’association) et qui nous a semblé très agréable.

 

Rencontre avec l’Asociación para la defensa ecológica

Le problème du respect de l’environnement est un point important non négligeable en Bolivie. Nous avons vu et appris des choses incroyables et nous allons vous résumer ce que Carla et Antonio de l’Asociación para la defensa ecológica nous ont appris.

Commençons par entrer dans le sujet le plus sensible, le gouvernement et les lois ! Il s’avère qu’en Bolivie, il y a une loi qui a vu le jour en 2011/2012 pour protéger la nature, mais celle-ci est très peu concrète, donc peu comprise et pas du tout appliquée. C’est le même cas pour une autre loi de 2013. Ensuite, il n’y a aucun contrôle sur les projets mis en place, ni aucun contrôle sanitaire dans le pays. Forcément, le gouvernement est impliqué dans beaucoup des projets et comme ce sont eux qui doivent pondre les réglementations, des contrôles ne sont pas près de voir le jour en Bolivie.

Des projets tels que la construction d’une grosse structure hydroélectrique en plein cœur du parc national Madidi ou encore la construction d’une route autoroute en plein dans la forêt amazonienne voient le jour mais causent la déforestation massive de certaines zone du pays. Sans compter le fait que des peuples indigènes vivent sur ces terres. Pour la construction de l’autoroute, de nombreuses manifestations ont eu lieu et le projet a finalement été suspendu. Mais pour combien de temps ?

 

Miniers boliviens
Source : Unplash ©PedroHenriqueSantos

 

Ajoutons à ça l’extraction et l’agriculture intensive. La Bolivie a économiquement besoin des mines, c’est un fait. Mais le gros problème de l’extraction est la contamination des sols et des eaux. De nombreuses villes, Oruro en est un exemple concret, sont contaminées et le taux de maladies parmi les habitants est plus élevé qu’ailleurs. Le gouvernement annonce depuis longtemps qu’il va utiliser d’autres techniques et outils d’extraction qui seraient plus écologiques, mais en réalité, ces paroles ne sont jamais mises en action et rien ne change. Aujourd’hui, à cause de l’extraction et de l’agriculture intensive, 1300 rivières et 29 lacs de Bolivie ont été déclarés contaminés dû aux produits chimiques utilisés et des lacs sont asséchés car leur eau est utilisée pour l’irrigation et l’extraction. L’exemple le plus concret de Bolivie : l’ancien plus grand lac du pays près d’Oruro, le lac Poopo, qui a été déclaré « zone de désastre » par le gouvernement il y a quelques années, mais qui a officiellement été déclaré asséché en 2018.

Il faut quand même qu’on vous parle du lac Titicaca, car si vous allez à La Paz, vous avez 99,9% de chance d’y aller. Le lac Titicaca est lui aussi hautement contaminé. Plusieurs raisons : la première, le rejet des eaux usagés de toutes les populations vivants sur les bords du lac (toilettes, douches, lessives, agriculture). Seconde raison, du côté péruvien, il y aurait des rejets direct liés à des mines.

 

Femmes boliviennes
Source : Unplash ©AmyRollo

 

En ce qui concerne le problème de la pollution plastique, chose à laquelle nous sommes directement confrontés en voyageant en Bolivie, c’est très simple ! RIEN n’est mis en place à l’échelle du pays pour améliorer cela. Un système de tri et recyclage des déchets est mis en place dans la ville de Santa-Cruz qui est la plus avancée du pays. À La Paz, il y aurait un système, mais rien n’est appliqué et aucune sensibilisation des populations n’est mise en place.

L’association que nous avons rencontrée a vu le jour pour sensibiliser les jeunes et les éduquer sur les problèmes environnementaux et sur la pollution. Car le changement commence à la racine, c’est effectivement en éduquant les jeunes que les choses peuvent changer dans le futur.

Page Facebook de l’association

 

La Paz en bref

Quoi voir à La Paz ?

  • L’église San Francisco qui est magnifique de l’extérieur et visitable si vous en avez envie.
  • La Plaza mayor San Francisco est devant l’église et est un lieu de retrouvailles et d’évènements divers.
  • Le marché (mercado) Lanza, cet impressionnant labyrinthe où on trouve de tout et surtout à manger (goûtez aux papas rellenas que l’on trouve au marché).
  • Marché aux sorcières (mercado de las brujas) est une rue colorée où l’on retrouve de nombreux souvenirs et à une extrémité de la rue il est possible de voir des plantes, fœtus et bébés lamas momifiés qui sont utilisés comme offrandes (chacun sa croyance).
  • La Plaza Sucre est une jolie place et lieu de départ du walking tour avec l’asso Red Cap. C’est également sur cette place que se trouve la prison San Pedro.
  • La ville d’en haut en prenant un téléphérique. Nous avons pris la ligne jaune à Sopokachi pour aller découvrir la ville depuis ses hauteurs et c’était tout simplement impressionnant. On réalise que l’on est « rien » au milieu de cette fourmilière géante. Le prix des tickets A/R était de 12 bolivianos pour deux.
  • Voir un combat de catch bolivien, le catch de Cholitas.

 

 

Où dormir à La Paz ?

Nous pouvons vous recommander deux hostels dans lesquels nous avons séjourné :

  • Milenio hostel est un endroit très joli et calme, mais il n’y a pas de cuisine accessible et le petit-déjeuner est non compris dans le prix de la chambre. Celui-ci est de 45 bolivianos par personne pour une chambre de quatre.
  • Pacha hostel est plus dans le centre, près de l’église San Francisco. Le lieu est également tranquille et agréable, il y a une cuisine, mais pas de petit-déjeuner. Nous avions négocié un prix de 50 bolivianos chacune pour une chambre avec trois lits (et il n’y a jamais eu de troisième personne avec nous).
  • Hostel Greenhouse que nous avons vu en allant rencontrer Antonio et Carla. Le lieu est très agréable et semblait propre. Si nous avions à rester plus de temps à La Paz, nous serions probablement allées à cet hostel après Pacha hostel.

 

Où manger à La Paz ?

Nous avions bien mangé à La Paz en suivant les conseils d’une québécoise super sympa que nous avions rencontré au parc national Sajama avant d’y aller.

  • Mozzarela est une pizzeria où nous avons mangé les meilleures pizzas de tout notre voyage en Amérique latine et on s’en souvient bien ! Miam 😍.
  • Café del Mundo, un super restaurant très agréable avec une super carte et de très bons plats.
  • iCrêpes, un restaurant crêperie ouvert par une française il y a plusieurs année et dont ma mère m’avait parlé avant qu’on y aille.
  • Mercado Lanza, LE lieu pour manger à petit prix et comme les locaux !

 

Restaurant iCrepes à La Paz
Restaurant iCrepes à La Paz

 

Pour conclure, nous pouvons vous dire que nous avons aimé découvrir La Paz en quelques jours. Plus longtemps dans la ville, en sachant que nous préférons la nature, pas sûre que nous aurions apprécié. Mais voilà, ce passage par la capitale aura été intéressant sur le plan culturel et architectural ainsi que pour notre apprentissage environnemental grâce aux membres de l’association que nous avons rencontré.

 


Les articles qui pourraient vous intéresser :


 

Inspiré(e) ? Épingle cet article sur Pinterest !

 

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à le partager et à le noter juste là en dessous ⤵ ! 😉

Suivez-moi

Candie

Je voyage depuis des années, voyage au long court en backpacking, voyages courts près de chez moi, expatriations, et je ne m'en lasse pas ! Ce qui me fait vibrer dans tout ça : la nature et les rencontres !
Mais aujourd'hui, la planète est en danger et nous sommes tous responsables. Mon but est donc de partager et d'échanger pour qu'ensemble on se dirige vers un tourisme éco-responsable et un plus grand respect de notre habitat, Terre Mère.
Candie
Suivez-moi
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La sélection des Géonautrices
La Vallée de Chevreuse et son Abbaye des Vaux de Cernay
10 incontournables en Argentine
Économiser pour voyager
Ou partir en automne