Loading...
Carnet de voyageInspiration voyage

Qu’est-ce que le voyage vous apporte ?

Matt&Clo - Qu'est-ce que le voyage vous apporte ?

Le voyage apporte beaucoup, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel. On apprend à gérer différentes situations, à gérer le stress, à se débrouiller avec ce qu’on a, etc. Le voyage apporte également une bonne dose de merveilleux : pour beaucoup d’entre nous, voyager est la réponse à l’envie de réaliser nos rêves et de voir certaines choses : cultures, lieux, paysages et phénomènes naturels que l’on rêve de voir depuis notre plus jeune âge. Dans tous les cas, peu de monde reste hermétique aux expériences vécues au cours d’un voyage. Pour approfondir cette réflexion, nous avons demandé à plusieurs blogueurs que nous aimons de répondre à la question : Quel a été le voyage ou « projet-voyage » qui a été le plus constructif pour vous, personnellement et/ou professionnellement, et pourquoi ? Voilà leurs réponses…

 

Itinera Magica

Les vagues géantes de Nazaré, Portugal

« Je suis une droguée du voyage : tous m’inspirent et me transportent. Mais cet hiver, j’ai réalisé un rêve qui sommeillait en moi depuis que j’étais toute gamine : voir des vagues géantes, des vagues de vingt, trente mètres, surfées par les plus grands sportifs et kamikazes du monde. J’ai toujours rêvé des géants de la mer, de ces vagues hautes comme des immeubles qui s’écroulent dans un grondement d’apocalypse, et que les surfeurs virtuoses tentent pourtant de défier au péril de leur vie. Depuis l’âge de huit ans, je collectionne les posters et les vidéos, je rêve devant Surfers Magazine, et je me jure qu’un jour, je verrai les vagues géantes. Fin février, quand on a annoncé une énorme tempête dans l’Atlantique nord et l’arrivée de vagues de 30 mètres à Nazaré, Portugal, j’ai hésité à sauter le pas. J’avais du travail, pas beaucoup d’argent et peu de temps. Et puis mon rêve de gamine m’a rappelé à l’ordre. J’attendais ça depuis vingt ans, je n’allais pas renoncer au dernier moment. J’ai réservé mon vol pour le Portugal, deux heures après, j’étais à l’aéroport. Cela a été le spectacle le plus fou, le plus fort de ma vie. J’avais l’impression d’être branchée directement sur secteur, droguée par une énergie visuelle indescriptible. Le fracas, l’écume, le talent des surfeurs qui se jettent dans la gueule du monstre – j’étais extatique. Ce fut un voyage très court : 48 heures seulement, un éclair de délire. Mais j’en ai savouré chaque seconde. Je suis repartie avec la satisfaction d’avoir enfin capturé un rêve, et de m’être réconciliée avec la petite fille que j’étais – celle qui rêvait d’océan et d’aventures extraordinaires. »

Itinera Magica
Itinera Magica – Nazaré, Portugal

 

We are out of the office

Clo

En tant que photographe j’ai la chance de pouvoir voyager, au sens propre comme au sens figuré, dans des univers très différents les uns des autres grâce aux différentes commandes ou postes que j’occupe : du Festival de Cannes et ses strass et paillettes, au concours canin de Westminster du Madison Square Garden de NYC… etc.

Mais je crois que les projets qui me tiennent le plus à cœur sont ceux que je développe de A à Z. Ces projets qui sont comme un besoin, comme une évidence aussi. Et surtout les plus stressants puisqu’on les porte en soi pendant tant de temps !

En 2015, nous habitions à Singapore depuis quelques années, et j’étais toujours et encore fascinée par les femmes en Asie. A travers chacun de mes voyages ou même dans Singapore, j’essayais de percevoir de quelle région ou nationalité était telle ou telle personne. Un accent, une tenue, un bijou vous donne tellement d’indice sur une femme. J’ai donc décidé de partir à leur rencontre à travers l’Asie du Sud Est. Avec mon passeport et mon boitier sous le bras j’ai parcouru les 9 pays d’ASIE pour photographier toutes ces femmes ; tout simplement dans la rue, telles qu’elles sont au quotidien.

Cette épopée en solitaire à travers Singapore, la Malaisie, l’Indonésie, le Viet Nam, la Thaïlande, le Myanmar, le Laos, le Cambodge et les Philippines m’a appris bien plus que je n’aurais pu le penser avant de partir, sur différents points :

  • En tant que femme : c’est fascinant de sentir une connexion instantanée avec d’autres femmes. Je pense vraiment que le langage corporel, le regard et une attitude positive transmettent plus de choses que beaucoup de mots. Notamment entre 2 femmes, beaucoup peut être compris et transmis sans la parole. Et j’ai été tellement surprise de voir ces femmes de tout âge et toute nationalité prendre le temps de parfois m’ouvrir leur maison, souvent d’aller chercher leur mère ou fille pour faire partie de la photo. Définitivement un voyage 100% féminin interculturel et intergénérationnel.
  • En tant que photographe :cC’est la première fois que j’ai cherché à être « un témoin de mon époque » au sens anthropologiste du terme. Au début je voulais essentiellement montrer à quoi ressemblent les femmes en Asie : leurs différences et ressemblances. Au fur et à mesure c’est devenu plus que ça, c’est un témoignage dans le temps, un vrai arrêt sur image d’une partie du monde dans une période donnée.
  • En tant que solo traveler : Ce projet m’a demandé énormément d’énergie, pour tous les jours aller à la rencontre des autres, tous les jours parler à des personnes différentes, tous les jours prendre une grosse dose d’émotion et de partage. L’homme est un animal social. Je me suis rendue compte que cette interaction m’est indispensable, et est aussi plus simple quand on est seul que qu’en on est à 2.
  • En tant qu’être humain, avec toutes nos différences : la culture, la langue, la couleur de peau, la religion, j’étais une étrangère dans leur pays, un intrus dans leur communauté, celle qui a empiété leur vie quotidienne, mais elles ont toutes pris le temps de croiser mon regard, de me sourire, et de partager un peu d’elles-mêmes.

Ce travail d’un an a été un accomplissement personnel et professionnel, 2 galeries Singapouriennes ont exposé mon travail. Un honneur et un plaisir d’avoir eu mes images exposées à la Galerie d’Artistry, et à celle de L’alliance Française SG. Et tant de souvenirs. Take me back !!!

Clo
Exposition des photos de Clo à Singapour

Matt

Le voyage qui a eu le plus gros impact dans ma vie fut mon séjour en Inde, où j’ai vécu pendant la majorité de l’année 2007. En tant qu’Américain qui a voyagé outre-mer mais qui a seulement vécu en Amérique du Nord (US et Canada) précédemment, cette expérience a radicalement changé ma vie.

Je savais déjà, par expérience, que j’aimais voyager et apprendre de nouvelles choses sur les cultures, les lieux et aussi sur moi-même. Au cours des années, j’ai d’ailleurs réalisé que ce n’est pas le lieu qui compte, mais l’attitude que je décide d’avoir vis-à-vis de celui-ci et de ce qui le compose.

La plus grande part de cette réalisation a été d’apprendre à connaître les habitants de Pune. En dehors des quelques expatriés qui venaient de différents endroits du monde et qui étaient aussi là pour travailler, je suis devenu ami avec plusieurs de mes collègues qui étaient de Pune et qui n’en étaient jamais parti. J’ai rencontré leurs familles, j’ai mangé leurs plats favoris (mon amour pour la cuisine indienne et épicée continue à ce jour), j’ai voyagé avec eux et appris sur eux et leurs vies.

J’ai réalisé à quel point la famille et les amis sont importants. Être loin de ma propre famille était plutôt difficile mais de plusieurs façon, ça m’a permit d’apprécier encore plus le temps qu’on passait ensemble. Et quand ta famille est loin, c’est vers tes amis que tu te tournes pour trouver du soutien, de l’aide, du réconfort et quelqu’un pour écouter. Les meilleurs amis sont difficiles à trouver et ils faut savoir les garder, mais ils sont inestimables.

J’ai réalisé qu’un sourire et un « merci » (plus particulièrement si tu fais l’effort de le dire dans la langue locale) comptent plus que tout. Les premières impressions sont toujours importantes, mais je pense que c’est encore plus le cas quand tu es un étranger en pays étranger. Même si j’ai été élevé de manière à être poli et courtois, c’est facile parfois de tout oublier quand tu es fatigué et stressé. Prendre le temps de ce recentrer m’a permis d’avoir de meilleures interactions avec les gens et ceux-là sont plus à même d’aider quand tu es sympa.

J’ai donc compris que « être heureux » n’était pas mon but, mais avoir une cause en laquelle je croyais était plus important. Je suis généralement une personne enjoué et calme, mais j’ai rencontré des gens qui avaient beaucoup moins que moi et qui étaient encore plus enjoués et positifs. Tous ces gens avaient quelque chose en commun : une cause. Ça pouvait être leur famille, leur job, leurs amis, leur éducation, etc. C’est pourquoi je me pose cette question : « pourquoi je fais ça ? » si je commence à me sentir déprimé. Ça ne change pas forcément la manière dont je me sens, mais ça me réconforte de savoir que j’agis avec une cause qui est importante pour moi.

Je n’aurais jamais appris toutes ces choses (ou peut-être à un rythme très différent) si je n’avais pas passé ces quelques mois à Pune. Depuis, j’ai continué à vivre et à voyager à différents endroits du globe et j’ai continué d’apprendre. Le monde est un endroit merveilleux et il y a tellement de personnes à rencontrer, de choses à voir et à apprendre !

Matt
Matt dans l’Himalaya

 

Alex Vizeo

Yazd-iran Alex Vizeo
Alex Vizeo – Yazd, Iran / Source : alexvizeo

Ce n’est pas un projet que j’ai fait au cours d’un voyage qui a été le plus constructif pour moi mais le premier projet qui m’a fait voyager : la réalisation de 23 vidéos pour Voyages-sncf.com sur leur Top destinations Europe et Nord Amérique.

C’était la première fois où j’alliais voyage et travail. Ce projet m’a imposé un rythme de travail 7j/7 pendant 8 mois. La réalisation video n’était pas mon travail mais simplement une création amateur que j’ai commencé pendant mon tour du monde. J’ai donc du tout apprendre sur le tard.

C’est là que j’ai compris que peu importe ce que l’on souhaite réaliser, même si on ne sait pas le faire, on peut l’apprendre pour y arriver !

Mon tour du monde m’a permis d’apprendre sur moi même, mieux me connaître et développer mes qualités personnelles. Ce projet pro m’a permis de faire face à des situations imprévues dans des lieux inconnus avec en plus le stress de devoir réussir en un temps imparti assez court.

Je pense que grâce à ce projet qui m’a mis face à tellement de challenges dans ma vie en si peu de temps, cela m’a permis de développer des facultés à trouver des solutions peu importe les circonstances, l’heure, le pays et les gens autour de moi.

Selon moi, la capacité d’adaptation est une des qualités les plus vitales dans la vie, et le voyage (encore plus dans un cadre professionnel) est un catalyseur pour affûter cette compétence.

  • Retrouvez tous les voyages d’Alex, des vidéos et des infos sur son blog Vizeo.net.

 

On met les voiles

Notre voyage de Noces à Bali ! Non pas parce que nous aurions consommé notre mariage comme des bêtes et que nous serions rentrés complètement repus d’amour ! Non non, ce voyage nous a changé personnellement.

Pendant notre voyage à Bali, nous avons logé dans un hôtel dans lequel nous nous sommes liés d’amitié avec les gérants, un couple de Balinais. Ils nous ont ainsi invités à passer une fête religieuse avec eux et leur famille. Nous avons rencontré 4 générations de cette grande et sympathique famille et chacun nous a fait visiter sa maison. On a été surpris de constater que tous vivent sur le même terrain, proches les uns des autres. On s’est trouvé au beau milieu d’un modèle familial qui a été le nôtre en occident il y a quelques décennies à peine et, force est de constater que vivre proche des siens a du bon. Les vieillards veillent sur les plus jeunes à qui ils apprennent à faire la soupe pendant que les adultes vaillants travaillent et s’occupent à faire vivre la famille entière. Chacun joue un rôle dans la famille et tout le monde semble gagnant. La magie de la transmission intergénérationnelle opère. C’est beau à voir.

En rentrant en France, on s’est retrouvés confrontés à notre schéma sociétal dans lequel les anciens sont, pour beaucoup, délaissés en maisons de retraite. Considérés comme un poids au sein de la famille où le temps manque pour faire bouillir la marmite et éduquer les enfants. Dans ce contexte, la transmission opère moins bien.

On est bien conscients que chaque modèle présente ses avantages et ses limites, mais on est aujourd’hui convaincu que nos anciens ont un rôle plus grand à jouer dans notre société.

Pour la petite anecdote, on a d’ailleurs proposé à nos parents respectifs d’acheter un terrain commun pour y faire construire plusieurs villas et pouvoir anticiper leurs vieux jours, mais, niette !! Ils ont refusé ! Ils ne veulent pas être avec nous ! Trop relous les jeunes ! Tant pis on les enverra en maison de retraite.

On met les voiles
On met les voiles – Bali
  • On met les voiles, blog voyage d’Adeline et Tony : Infos, conseils, guides, vidéos et bien sûr, des commandements ! 🙂

 

L’œil d’Eos

Vivre un an en van en Australie

Yellowstone L'oeil d'Eos
L’œil d’Eos – Yellowstone / Source : lœildeos

Lorsque nous avons décidé de partir un an sur les routes australiennes, nous savions que cette aventure allait changer nos vies. Mais certainement pas à ce point. C’est une expérience de voyage unique. Déjà de par l’aventure du road trip. Un an sur les routes. Un an a découvrir un pays au grès de ses envies. Et puis on apprend surtout à vivre autrement. On se rend vite compte que nous n’avons pas besoin de grand chose pour apprécier ce que la vie a à nous offrir. Nous nous sommes aperçus qu’une vie « minimaliste » était quelque chose qui nous convenait parfaitement, à 10 000 lieues de ce que nous connaissions. On se surprend bizarrement à ne plus se soucier de tout et de rien. On lâche prise, on laisse ses pensées courir après les vagues qui bercent le rivage. On jette les problèmes aux oubliettes et on envoie la clé valser le plus loin possible. Ce voyage nous a permis en quelque sorte de faire la paix avec nous même. De retrouver nos « Moi » que nous avions négligé depuis quelques temps, embarqués par ce train quotidien, cette douce folie qui nous fait sombrer dans quelque chose qui ne nous ressemble pas. Nous avons mis de côté ces faux problèmes que nos sociétés ont créé pour nous, et nous nous sommes concentrés sur une vie simple, « où dormir et quoi manger », « Qu’allons nous découvrir aujourd’hui ? » « Où allons nous nous émerveiller ? » étaient les questions qui rythmaient notre quotidien. C’est un mini électrochoc. Une certaine délivrance. Apprendre que la vie nous attend et qu’elle ne veut pas que l’on suive un chemin s’il ne nous correspond pas. En quelque sorte nous pouvons dire que ce voyage nous a sauvé. Nous n’avons qu’une seule vie, à nous de l’honorer.

 

Je suis partie voyager

Lauriane
Grenouille tropicale / Source : jesuispartievoyager

Le voyage qui m’a le plus apporté personnellement est mon 1er voyage exotique en solo. C’était au Costa Rica, en 2014. C’était la 1ère fois que je partais en Amérique du sud et j’y allais seule pour un stage. Je ne parlais pas vraiment un espagnol opérationnel et j’allais dans une région très rurale en dehors des circuits touristiques. Je logeais dans une famille dont la mère et la fille étaient employées dans l’entreprise de mon stage.

C’est avec cette famille que l’expérience s’est transformée d’un simple stage en voyage formateur. Le contact avec les enfants était facile et même si échanger était un peu laborieux (et drôle) au début, j’ai appris ce que c’était de vivre en dehors de nos sociétés. De vivre de choses simples mais aussi de rêver de pays occidentalisés, d’être étranger au concept de décalage horaire, de s’émerveiller d’un appareil photo mais aussi de participer à des repas dans leur famille, faire des ballades dans la jungle…Toutes ces choses qui remettent les idées en place, qui ouvrent l’esprit vers d’autres conceptions du monde.

Je n’avais pas vraiment d’inhibitions de base mais ce voyage m’a aussi permis de franchir la barrière du voyage solo puisque les week-ends je partais en vadrouille aux 4 coins du pays. Être seule permet aussi plus d’interactions avec les habitants et les autres touristes pour prendre un peu de recul sur le contexte du pays et mieux l’apprécier.

Tout voyage est magique et apporte quelque chose au voyageur, mais le premier c’est le premier.

  • Retrouvez plus d’infos, d’articles et de conseils sur le blog de Lauriane.

 

Takatoukiter

Takatoukiter
Tim et Laura au Chili, Vallée de la Luna / Source : takatoukiter

Incontestablement notre Tour du Monde que nous vivons en ce moment (partis en octobre 2016 pour 9 mois) ; c’était un rêve et nous avons décidé de TOUKITER : jobs, appartement… pour partir à la découverte de différents continents/pays. Tim était un petit peu frustré de ne pas avoir eu la chance de vivre une expérience à l’étranger pendant ses études et moi (originaire du sud de la France), je commençais à saturer de la vie parisienne après 5 ans. Résultat, on s’est dit que c’était le moment de tout quitter, de faire une petite « transition » en voyageant avant de nous installer dans le sud. Tim optait pour 1 an et moi 6 mois donc on a coupé la poire en deux et nous sommes partis 9 mois.

Nous avons commencé par l’Amérique du Sud (4 mois), avant l’Océanie (1 mois et demi) pour finir en Asie (3 mois et demi), où nous sommes actuellement. On ne compte plus le nombre de rencontres et découvertes que nous faisons au quotidien depuis bientôt 200 jours au moment où nous écrivons ces lignes.

Quand nous sommes partis en Amérique du sud, nous ne parlions pas un mot d’espagnol et aujourd’hui, nous sommes tout à fait capable de nous débrouiller pour des situations de la vie de tous les jours (direction, hébergement, taxi, restaurant…), on prévoit même de prendre des cours à notre retour histoire de ne pas perdre nos petites bases.

Professionnellement, plus le temps passe, plus nous réfléchissons à des orientations différentes et à nous lancer dans des projets plus personnels l’un comme l’autre donc affaire à suivre à notre retour 🙂 .

Personnellement, c’est déjà une folle expérience pour le couple car même si nous sommes ensemble depuis plus de 6 ans, c’est la première fois que nous nous retrouvons que tous les deux 24h/24 aussi longtemps. Quelque part, c’est aussi un risque car très peu de couples sont amenés à se retrouver dans cette situation au cours de leur vie.

Puis, nous apprenons beaucoup sur nous-mêmes : ce que nous pensions être nos limites et qui ne le sont pas forcément, notre force, notre résistance, le rapport à ce qui est ou n’est plus essentiel au quotidien ; sans dire que ce voyage nous aura changé, il nous aura vraiment fait évoluer, c’est certain.

La rédaction du blog et l’alimentation des réseaux sociaux permettent aussi d’avoir une petite rigueur au quotidien car c’est quand même du boulot (on vous imagine sourire à la lecture de ces lignes mais si si, c’est du boulot) !

Et ce long voyage autour du monde aura également développé une folle envie d’en découvrir davantage, nous avons déjà 5 destinations prévues (billets pris) à notre retour et planifions sans arrêt d’autres voyages.

Nous avons également très envie de découvrir la France, le fait d’habiter dans une région différente à notre retour nous permettra aussi de découvrir (ou redécouvrir pour moi) de nouveaux villages, lieux… ce qui est très excitant pour la suite !

  • Retrouvez plus d’infos sur Tim et Laura, leur tour du monde, leurs conseils et de belles photos sur leur blog Takatoukiter

 

Toutes ces réponses nous ont inspirées. Dans les récits de chacun, nous voyons bien que tous ont reçu quelque chose de leurs voyages. Que ce soit la réalisation d’un rêve ou un apprentissage, qu’ils aient tiré une leçon de vie ou des opportunités, tous en sont sortis grandis ! Et c’est ça le but des voyages, grandir et s’ouvrir.

Voyager, c’est grandir. C’est la grande aventure. Celle qui laisse des traces dans l’âme – Marc Thiercelin.

Et vous, quelles sont les expériences de voyage qui vous ont permit de grandir et d’apprendre ? Dites-nous tout !! 🙂

 

Merci à tous d’avoir participé à cet article : Ariane, Alex, Tony, Adeline, Luc, Eloïse, Clo, Matt, Lauriane, Laura et Tim !! 😀

 

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à le partager ! 😉

Candie
Suivez-moi

Candie

Je suis atteinte du syndrome aigu de la bougeotte et ayant la chance de voir plein de choses, je souhaite vous les partager.
Candie
Suivez-moi

Les derniers articles par Candie (tout voir)

6 comments
  1. Itinera Magica

    J’ai adoré cet article. Quelle belle idée et quelle puissance dans ces témoignages, c’est inspirant et magnifique.
    Le témoignage de Clo sur son expo sur les femmes d’Asie m’a beaucoup émue, j’ai adoré ce projet et ça m’a donné envie d’en voir plus !
    Super intéressant d’en apprendre plus sur les débuts d’Alex, et j’adore l’émotion qui se dégage des témoignages d’Eloïse, Lauriane, et le côté inspirant « vas y fais le » de Tim et Laura.
    Quant à la mention fou rire… c’est pour Tony de On met les voiles : le paragraphe super émouvant sur les vieux la transmission machin… et la chute « on les mettra en maison de retraite » ! LOL !
    Merci de m’avoir permis de participer.

    1. Candie
      Candie

      Ça a été un plaisir pour nous de tous vous lire et de pouvoir partager vos témoignages aussi divers les uns que les autres.
      Merci à toi d’avoir participé !! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La sélection des Géonautrices
Nos livres voyage
Les aventuriers qui font rêver les Géonautrices
Top-15-Treks